Partagez|
Zoey Shern [En cours]
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Zoey Shern [En cours] Dim 3 Jan - 10:40
Demande de Visa
Carte d'identé
Nom: Shern
Prénom(s): Zoey
Surnom: La délicate.
Nationalité:Anglaise.
Date de naissance: 16 août 1856.
Sexe: Femme.
Métier:  Géologue/Baroudeuse au service de Sa Majesté.
Situation sociale: Aventurière pour la Couronne britannique.  
Description Physique
Zoey est une jeune femme d'une vingtaine d'années, dont l'apparence pourrait s'apparenter à celle d'une poupée de porcelaine. Était-ce à cause de son impeccable peau blanche que l'ingratitude de l'adolescence avait miraculeusement épargnée ou bien de ses grands yeux qui lui donnaient un regard si difficile à soutenir ? Certainement un peu des deux ; certainement un peu de tout de la belle rappelait le précieux jouet de petite fille. De taille moyenne et de faible corpulence, même si elle n'avait pas à se plaindre sur ses courbes, elle dégageait néanmoins une certaine présence de part sa posture très féminine et de ses mouvements très légers, calculés minutieusement. Il était facile d'imaginer pourquoi on la surnommait la Délicate lors d'un premier contact avec sa personne. Experte en boxe, elle était de façon surprenante dotée de bras fins et de mains gracieuses qu'elle veillait à garder toujours propres en dépit de ses activités. Les traits de son visage étaient harmonieux et légers, renforcés par un nez élégant et faisaient ressortir ses lèvres généreuses. Deux grands yeux vairons vert et marron surmontés de très longs cils venaient orner son jolie faciès, lui donnant en permanence un regard accusateur. Sa chevelure, qu'elle avait un mal fou à entretenir à cause de ses occupations, était d'une belle couleur blonde, mi-longue et ondulée pour apporter un certain volume.

Pour ce qui était de l'aspect vestimentaire, Zoey avait opté pour une tenue pratique pour crapahuter sans pour autant négliger l'élégance qui faisait partie intégrante de sa personne. Pour cela, elle avait tout de même dû piocher dans la mode masculine de son temps, ce qui était un sujet de critiques à l'encontre de sa personne. Bien qu'elle s'en agaçait, elle continuait à porter son pantalon noir moulant semblable à ceux que l'on pouvait avoir pour la pratique de l'équitation (elle était d'ailleurs excellente cavalière), son chemisier de la même couleur sombre et son veston blanc immaculé. Tout cela était bien entendu taillé sur-mesure dans une boutique avant-gardiste mais décriée de Londres. Pour la jeune femme, cela allait parfaitement et elle complétait sa tenue avec des gants brodés de velours souvent rouges lorsqu'elle voulait apporter un peu de couleur ou noirs. Elle se chaussait de bottines dont elle avait désormais l'expérience bien que peu pratiques dans les forêts ou les sentiers rocheux. En guise de bijoux, elle n'avait en tout et pour tout qu'un riche pendentif en or dont le motif pouvait faire penser à un papillon, lointain héritage familiale et qui était relié  par une chaîne à une montre à gousset qu'elle gardait dans le poche de son pantalon.
Profil Psychologique
À partir de là, il est utile de préciser que le surnom Délicate de Zoey ne pouvait s'appliquer qu'à son physique avantageux et à ses manies de grande dame. Ce sobriquet était en fait un trait moqueur de ses professeurs pour souligner le décalage entre l'aspect corporel et mental de la jeune femme. Il suffisait de connaître un peu la belle pour se rendre compte qu'elle n'avait vraiment rien de délicate. Dotée d'un fort esprit d'indépendance, elle n'hésite pas à n'en faire qu'à sa tête ce qui la rend plus qu'incontrolable pour la couronne Britannique. Bien qu'étant une vraie tête brûlée, elle est a une forte présence d'esprit et ses décisions sont souvents incisives, n'hésitant pas à effectuer elle même les travaux manuels et à donner de sa personne pour son travail. Cela lui permettait de s'assurer une place privilégiée et une image de barroudeuse de l'extrême au sein de ses confrères scientifiques. En dehors de ce trait de caractère, Zoey était une très bonne camarade, se montrant amicale aussi bien avec les hommes, bien qu'elle se méfiaient de leurs intentions réelles, qu'avec les femmes. Sur le plan des relations intimes si on lui faisait des avances et qu'elle n'était pas d'humeur à badiner, il n'y avait absoluement aucun préavis à la colère qui pouvait s'abattre sur le pauvre malheureux, la jeune femme n'hésitant pas à repousser physiquement le gentilhomme et à user d'un langage qui fairait rougir de honte un marin.Car elle pouvait se montrer colérique, et ne supportait ni l'incompétence, ni l'injustice, bien qu'elle essayait de faire un travail sur soi dans le cadre de son travail afin de contrôler ses sauts d'humeurs. Globalement elle était bonne vivante, appréciait la nourriture, la boisson, certaines drogues et les plaisirs charnels bien qu'elle n'en abusait guère (sauf dans certaines occasions).

Pour ce qui était de ses loisirs, Zoey ne tenait jamais en place, elle avait besoin de se dépenser en permanence. Elle était donc naturellement attirée par les sports. Elle pratiquait régulièrement l'escrime, le tir, la natation, excellait dans les sports de combats (elle connaissait certains arts venus de divers pays)notamment la boxe et était une cavalière hors pairs. Reconnue dans ses deux disciplines, elle n'avait rien à envier à ses homologues masculins. Pour ce qui était des activités mentales, elle aimait le dessin, qui était vite devenu nécessaire pour ses croquis et ses travaux, la musique (elle faisait du violon depuis son plus jeune âge)et était passionnée de sciences et plus particulièrement de géologie et d'anthropologie. En bonne aventurière elle était rompue à l'art de la survie en milieu hostile, expérience qu'elle avait acquéri lors de ses voyages avec son père, anthropologue au service de Sa Majesté. Elle maitrisait donc parfaitement les noeuds, connaissait les plantes (bien que cela ne soit pas sa spécialité) et savait cuisiner, même si c'était très mal...
Enquête sur le passé
London Calling:

> Un autre s'il vous plaît!

Le barman, un homme bedonnant, le visage rougi par la chaleur qui régnait dans on petit établissement de Soho, fini d'astiquer son verre, non sans grommeler quelque chose qui pouvait s'apparenter à une flopée de jurons. L'heure de la fermeture approchait et pourtant, son pub était rempli de monde, ce qui ne le réjouissait guère, lui qui venait de sortir d'une vilaine toux, la faute à l'humidité qu'il y avait en ce mois de novembre, comme pouvait en témoigner les pavés ruisselants des ruelles de Londres. Il s'empara d'un verre à whisky, se saisit de la bouteille qu'il y avait sur son étagère au dessus de sa tête et entreprit de verser le précieux liquide ambré dans le récipient.

> Servez vous en un aussi je n'aime pas boire seule.

Il regarda la jeune femme qui était tranquillement en train de tirer des bouffées de fumée de son porte-cigarette. Des bourgeoises, il n'en voyait que très peu, le quartier ne se prêtant pas vraiment à cette tranche de population riche et délicate. Pourtant sa cliente ne semblait pas du tout se formaliser des vapeurs d'alcool, de sueur et du brouhaha du bas peuple qui occupait la maisonnée. Mieux, elle y semblait à l'aise, assise sur son tabouret, les jambes croisées, se contentant de fumer et de boire son whisky. Le vieux se servit donc un verre, le leva et le bu cul-sec. L'inconnue eu un petit rictus amusé ce qui détendit le commerçant.

> À votre santé.

Elle imita l'homme sans broncher, un sifflement parti d'un marin ivre qui regardait avec envie la femme et le verre vide et cherchait à établir un ordre de préférence entre les deux. La belle ne sembla pas s'en formaliser et s'amusait à faire tourner son verre dans sa main gantée.

> Un Écossais. La preuve qu'il sort quand même de bonnes choses d'eux.

Le propriétaire des lieux acquiesça d'un mouvement de tête, et se désintéressa de la jeune femme un moment pour assouvir les désirs d'un autre de ses clients. On l'attrapa par la manche alors qu'il venait de servir la bière demandée. C'était le marin.

> Offrez en un autre à la Miss.

La concernée se tourna sur son tabouret, jeta un regard impérieux au matelot, claqua de la langue, ce qui était à peu près semblable à une injure dans la présente situation.

> Je n'ai absolument pas besoin que l'on me paye à boire. Je suis assez autonome. Cependant, je vous remercie de votre considération.

Et elle retourna à son activité, le bruit du verre contre le bois pour seule discussion. L'autre ne se dégonfla pas, se leva et vint se planter à côté d'elle. Il mit des livres sur le comptoir et indiqua qu'il voulait deux verres au barman. Celui-ci s’exécuta.

> Je croyais que vous n'aimez pas boire seule.

Agacée, elle stoppa le mouvement rotatif qu'elle avait imprimé au récipient et le toisa de ses yeux vairons, un regard qui donna brièvement la chaire de poule au marin.

> Si me payer un verre peut vous faire sentir comme un homme à défaut de passer la nuit avec moi alors j'accepte.

Le commerçant amena les boissons, elle bu cul-sec, se leva de sa chaise et se détourna vers la porte. Un silence gêné c'était installé dans le pub et les yeux étaient braqués sur l'étrange "couple". La jeune femme sentit qu'on lui attrapait le bras. Elle se tourna vers le visage rouge de colère de son agresseur.

> Lâchez moi où vous aller vite le regretter...

L'autre leva la main, le barman esquissa un geste pour empêcher la gifle d'atteindre sa cible. Un coup de poing ganté parti et s'écrasa sur le visage du malheureux. Le bruit des os brisés se fit entendre et le sang gicla des narines. D'autres marins se levèrent des tables pour porter secours à leur compagnon, qui l'avait pourtant bien mérité. La belle s'empara de la bouteille, toujours tenue par le tenancier de l'établissement, la vida, la brisa et d'en un élan de fureur guerrière hurla :

> Bagarre générale !

L'effet fut immédiat, échauffés par l'alcool, d'autres hommes, certainement des ouvriers, vinrent ceinturer les matelots, et une cohue sans nom s'en suivit. Les chaises volaient, les coups pleuvaient et le verre se brisait. Telle une furie, l'origine de ce joyeux bordel distribuait coups sur coups, sans jamais pour autant s'en prendre en retour, ce qui était révélateur d'une certaine habitude. Le vieil homme se cacha derrière son comptoir, les mains protégeant sa tête. Une bouteille vint finir sa course juste au dessus de lui et le verre tomba en cascade, sans pour autant le blesser.

Cela dura bien une dizaine de minute alors que la porte s'entrouvrit dans un grand bruit. La scène se figea alors que des membres de la police pénétraient dans le pub. Un homme moustachu, s'avança à la suite de la dizaine de représentants de la loi. Il toisa le grand n'importe quoi qu'était devenu l'intérieur de la baraque. Étrangement il se désintéressa des faits, et semblait chercher quelque chose ou quelqu'un du regard.

> Lady Shern, ici l'inspecteur principal Henry, vous êtes attendu auprès de Sa Majesté la Reine Victoria.

La jeune femme aux yeux vairons s'interrompit dans le coup qu'elle allait porter à un adversaire déjà bien mal en point (il lui manquait des dents et sa bouche saignée abondamment). Elle s’épousseta et réarrangea ses vêtements. Elle s'avançât un sourire aux lèvres et vint se planter devant le moustachu. Elle lui sauta au cou en poussant un petit cri perçant.

> Inspecteur principal? Et bien dis moi Charles tu n'as pas chômé depuis que je suis partie aux Indes avec père. L'uniforme te va à ravir.

Devant tant de familiarité, les hommes accompagnant l’officier eurent des petits toussotements gênés. Rouge de honte, il repoussa doucement la jeune femme qui afficha une moue boudeuse.

> Je te prie de ne pas être aussi familière avec moi dans le cadre de mon travail, je ne suis pas un de tes compagnons de beuverie Zoey. Viens on t'attends en haut-lieu.

Il se tourna vers deux de ses hommes.

> Nous allons accompagner Lady Shern à sa maison familiale, je doute que la Reine supporte de la recevoir aussi mal fagotée. Les autres occupez vous de ce bazar.

Zoey tira discrètement la langue et suivit les hommes qui quittaient le barre tandis que le reste des policiers évaluaient les dégâts qu'elle avait provoqués indirectement.

Hors du jeu
Un petit mot ?

Voulez vous de l'aide pour commencer ?

Comment nous avez-vous trouvé ?
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 44
Tickets : 0
Date d'inscription : 29/12/2015
avatar

Dossier Personnel
Age: 18 ans
Emploi: Fille à mariée
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Zoey Shern [En cours] Dim 3 Jan - 12:23
Bienvenue la Délicate !
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 562
Tickets : 1377
Date d'inscription : 02/09/2015
avatar
Dukun Panthère de Java

Dossier Personnel
Age: 26 ans
Emploi: Fugitive / Apprentie Mécano
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Zoey Shern [En cours] Dim 3 Jan - 17:51
Bienvenue à toi en cette nouvelle année o/
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 57
Tickets : 0
Date d'inscription : 26/11/2015
Age : 28
avatar

Dossier Personnel
Age: 26 ans
Emploi: Peintre
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Zoey Shern [En cours] Dim 3 Jan - 21:54
Bienvenue Zoey et bon courage pour l'écriture de ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 171
Tickets : 235
Date d'inscription : 14/08/2015
avatar
L'Origine

Dossier Personnel
Age: Inconnu
Emploi: Créatrice
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Zoey Shern [En cours] Mer 13 Jan - 9:06
Bonjour Zoey !

J'espères que tu t'en sort. N'oublie pas de me prévenir une fois que tu as fini ta fiche Wink
(Après lecture, j'ai l'impression qu'il en manque encore une partie de l'histoire.)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Zoey Shern [En cours]
Revenir en haut Aller en bas
Zoey Shern [En cours]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Vidéo] Saloon-Car à Magny-Cours 2010
» Cours de géopolitique
» S3 en cours de restau/café racerisation + cure de vitamines
» Reprise des cours
» Superbike magny cours ce week end 2,3,et 4 octobre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Indus Nesos :: Hors du Monde :: Local des Archives :: Visas Expirés-